Les voies d’Anubis

Après la lecture d’Homonculus, qui ne m’a pas vraiment emballée, je suis partie à la découverte d’un autre père du Steampunk, Tim Powers.

Les voies d'Anubis de Tim Powers
Les voies d’Anubis de Tim Powers

L’histoire

La vie de Brendan Doyle, spécialiste du poète Coleridge, prend un tournant inattendu lorsqu’il accepte de donner une conférence à la demande du millionnaire Darrow, personnalité quelque peu excentrique. Celui-ci a trouvé le moyen de voyager dans le temps et Brendan Doyle se retrouve en 1810 pour faire sa conférence devant un groupe de personnes fortunées. Malheureusement pour Doyle, rien ne se passera comme prévu et le chemin du retour lui semblera impossible, il devra affronter de multiples ennemis, tous plus étranges les uns que les autres.

Mon avis

L’ennui me paraît impossible en lisant ce livre, Doyle le héros va de découverte en découverte, de surprise en surprise et le lecteur également ! Les événements s’enchaînent, on plaint notre héros qui n’a pas souvent l’occasion de se reposer face à des adversaires affreusement méchants ! J’ai particulièrement apprécié la bande de mendiants, avec ses monstres et son chef clown, né des cauchemars de notre enfance. Le mythe du loup-garou y est aussi revisité de façon étonnante.

Je suis toujours méfiante quand il s’agit de voyage dans le temps, souvent je me perds dans l’histoire, les incohérences font que je n’y crois plus. Ici, l’histoire est très bien menée et j’ai appréciée la construction très bien pensée.

Pour finir, je ne résiste pas à vous parler de l’histoire du poète William Ashbless, personnage important de ce roman. J’ai découvert qu’il était l’invention de deux étudiants Tim Powers et James Blaylock, deux futurs auteurs de steampunk. Pour avoir plus d’infos sur ce personnage que l’on retrouve dans leur livre, c’est ici.

Les Voies d’Anubis de Tim Powers chez Bragelonne
Publicités

Les Willoughby

Je connaissais et aimais Lois Lowry pour ses romans Le passeur ou l’Elue (deux romans magnifiques). J’ai découvert une autre facette de son écriture en lisant les Willoughby, roman plus léger et plein d’humour.

Les Willoughby de Lois Lowry
Les Willoughby de Lois Lowry

L’histoire

Les Willoughby ne sont pas une famille modèle, les parents n’aiment pas leurs enfants et ne s’occupent pas d’eux. Ils ont pour voisin un milliardaire qui ne parle à personne et qui vit seul dans une maison délabrée et sale. Un bébé abandonné sur le seuil des Willoughby et l’arrivée d’une nounou vont transformer la vie des héros de cette histoire.

Mon avis

Ne cherchez pas de moral, ni de logique dans ce roman. En lisant ce livre, on se dit que l’auteur a écrit une aventure comme on peut l’imaginer quand on est enfant. Les solutions sont simples, les personnages ne sont pas jugés, ils sont comme ils sont et chacun fait avec. Les enfants et leur nounou s’imaginent dans une famille « vieux jeu » et s’inspirent des romans où les orphelins, les enfants malheureux s’en sortent toujours à force de bonne volonté et de rencontres opportunes. On sourit souvent en lisant ce petit roman, on reconnaît les références littéraires (expliquées en fin de livres), les personnages sont sympathiques, notamment ceux de la nounou et du milliardaire et même si on devine facilement la fin de l’histoire, on apprécie de suivre les aventures des enfants Willoughby.

Les Willoughby de Lois Lowry, L’école des Loisirs

 

 

Homonculus

Lorsque j’ai vu en librairie Homonculus et les Voies d’Anubis, je n’ai pas pu résister. Bragelonne nous propose une très belle édition, avec tranche dorée et couverture lumineuse. Une très belle entrée dans les origines du steampunk !

Homonculus de James P. Blaylock
Homonculus de James P. Blaylock

L’histoire

L’histoire nous plonge .dans un Londres du XIXe siècle, Londres peu accueillant où oeuvre un savant fou qui grâce à ses expériences  relève les morts, où une société de savants et explorateurs doit affronter les rêves de grandeur d’un milliardaire et où plane un mystérieux dirigeable. Le cœur de l’histoire repose sur l’homoncule, un petit être, aux pouvoirs fantastiques, notamment celui de ne pas craindre la mort. Son existence est tenue secrète, et beaucoup aimerait l’avoir en sa possession…

Mon avis

La lecture du résumé m’a tout de suite emballée, j’avais hâte de découvrir ce roman  de James P. Blaylock « un des pères du steampunk » comme il est précisé sur la quatrième de couverture.

J’ai pensé à Jules Verne en commençant ce roman, les personnages de cette société de savants m’ont rappelé ceux du Tour du Monde en 80 jours ou de 5 semaines en ballon. Mais la comparaison s’arrête là. Je dois faire un terrible aveu : je n’ai pas pu finir ce livre (et croyez moi, c’est rare !). Je me suis accrochée, mais je n’en pouvais plus de ce chaos. L’histoire n’est pas fluide, les personnages ne m’ont pas franchement intéressée et j’avais vraiment l’impression de lire une succession d’événements sans une réelle construction du récit. Pourtant, tout y était pour que ça marche : beaucoup de rebondissements, le savant fou, les morts vivants et le mystérieux homoncule.  J’aime les récits complexes et me faire embarquer par l’auteur, mais ici, c’était trop confus. Mais peut-être aurais-je dû poursuivre ma lecture au-delà de la 176ème page !

 Homonculus de James P. Blaylock chez Bragelonne

Blood song : la voix du sang

blood-song-tome-1-la-voix-du-sang-427838En juillet dernier, j’ai eu la bonne surprise de gagner des livres audio sur audible.fr grâce à Babelio. J’allais faire beaucoup de route pendant les vacances, alors j’étais heureuse de choisir le livre qui allait m’accompagner sur la route. C’est Vaelin, le héros de Blood Song qui m’a raconté son incroyable histoire…

L’histoire

Au début du roman, nous rencontrons Vaelin Al Sorna, « le tueur d’espoir » qui navigue vers le lieu de sa condamnation. Il raconte son histoire à un jeune chroniqueur, depuis le moment où son père, le seigneur de guerre, l’a confié à l’Ordre pour qu’il devienne un tueur et un guerrier au service de la Foi jusqu’à ses exploits guerriers qui l’ont mené jusqu’à sa condamnation.

Mon avis

Je suis totalement conquise par Blood Song ! L’écriture est riche et la traduction de qualité. La construction du récit est intelligente et l’alternance entre passé et présent maintient le rythme du roman. Vaelin n’est pas un personnage parfait, et ses compagnons non plus. On évolue dans un monde violent, les intrigues politiques se multiplient et chacun essaie de tirer partie de la situation. On peut noter aussi des personnages féminins forts et intéressants (même s’ils sont rares), qui ne sont pas là pour mettre en valeur le héros.

Il y a de la magie dans cette histoire, une magie obscure et secrète, qui agit sur les événements et les personnages, et qui se révèle au fil du récit. On se laisse embarquer par le récit de Vaelin, qui sème des indices tout au long du roman et nous amène à une fin assez inattendue.

J’ai découvert ce livre en version audio (27 heures d’écoute), Nicolas Planchais, le narrateur met en valeur le texte et incarne très bien les personnages. Mais je dois confesser que je vais aborder le tome 2 en format papier auquel je suis très attachée !

Blood Song 1 : La voix du sang d’Anthony Ryan chez Bragelonne, en audiolivre ici