Livres au cinéma

The Revenant : Livre vs Film

Comment passer à côté de The Revenant, le film dont tout le monde parle et qui a sacré Leonardo di Caprio ? J’ai lu le livre, j’ai vu le film et voici mon avis.

the revenant : film versus livre

The revenant : film versus livre

Le Livre

Ce roman nous fait voyager dans les grands espaces sauvages américains. Hugh Glass, un trappeur est attaqué par un grizzli. Gravement blessé et mutilé, il est abandonné par ses compagnons. Commence alors pour lui une lutte pour sa survie : c’est en rampant, en mangeant des charognes et en luttant contre les bêtes sauvages qu’il va essayer de vivre. Son moteur : retrouver les deux hommes qui l’ont abandonné et se venger.

On retrouve dans ce roman, l’ambiance des livres de Curwood ou de London, mais je dois avouer que le livre de Michael Punke n’a pas le même souffle. Au bout d’un moment, l’intérêt diminue. La deuxième partie du livre est franchement moins passionnante. Toutefois, l’histoire de cet homme est impressionnante, surtout lorsque l’on sait qu’elle s’inspire de faits réels. Certains épisodes sont marquants dans ce livre, l’attaque du grizzli, l’épisode avec le serpent ou encore le passage avec les loups. La rencontre avec la vieille indienne est aussi très touchante. C’est donc un avis mitigé pour ce livre qui malheureusement ne m’a pas tenue en haleine jusqu’au bout.

Et le film alors ?

C’était la même histoire ? Dans le générique de fin, il est précisé que le film s’inspire en partie du roman. C’est un euphémisme ! Glass a gagné un fils à moitié indien et sa femme a été tuée dans le massacre de sa tribu. Pourquoi ce rajout ? Le personnage de Glass est totalement modifié : on passe d’un homme qui lutte pour sa survie,veut se venger de ses compagnons et qui ont volé son fusil adoré à un père désespéré dont le fils a été assassiné. La vengeance personnelle n’était pas assez noble dans le roman ? On y perd une dimension brutale, primale qui animait le livre. Pas de chance pour moi, les moments que j’ai préférés dans le livre ont été modifiés ou évincés. Pourquoi rajouter des Canadiens (les méchants évidemment), pourquoi rajouter des indiens et une histoire d’enlèvement d’une jeune fille ? Pour le spectacle, on y gagne pendaison, castration et viol… Indispensables pour ce film certainement… Le combat d’un homme seul face à une nature hostile était à mon sens suffisamment fascinant.

J’aurais aimé que Leonardo di Caprio gagne son Oscar avec un autre film, celui-ci m’a laissé sur ma faim : le scénario est limité, Glass survit à tellement d’accidents qu’il pourrait être un héros de Marvel. Il faut saluer la beauté des images et le jeu des acteurs, Di Caprio bien sûr et Tom Hardy, un John Fitzgerald odieux et affreusement méchant. Il faut quand même souligner des scènes magnifiquement réalisées : la scène d’attaque du camp par les indiens au début du film est grandiose rien à voir avec la scène de l’ours qui m’a déçue.

Pour conclure ?

Lisez le livre si vous aimez les romans d’aventure et ces histoires d’hommes qui se surpassent. Pour le film, voir Leonardo c’est toujours bien (le dernier plan sur lui est remarquable), mais 2h30 c’est long…

Le BGG au cinéma

Le Bon gros géant est certainement l’un de mes romans préférés en littérature jeunesse et c’est avec beaucoup d’impatience que j’attends la sortie le 20 juillet de son adaptation au cinéma par Steven Spielberg.

La bande-annonce me fait déjà rêver, il y a un peu de Harry Potter dans ces images !


Ce n’est pas la première fois qu’un roman de Roald Dahl est adapté, on peut même dire que c’est arrivé souvent : Fantastic Mister Fox, James et la grosse pêche, Matilda et bien sûr Charlie et la chocolaterie de Tim Burton. Personnellement, j’ai adoré  Fantastic Mister Fox. Et vous, quelle est votre adaptation préférée de l’oeuvre de Roald Dahl ?